Partagez à une personne ayant besoin de lire ce contenu 😉

Comment prendre la meilleure décision ?

Adoptez
ces 9 petites habitudes
pour y arriver

Bienvenue à nouveau sur Mental pour réussir ! Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute recevoir mon ebook offert pour dépasser vos blocages des réseaux sociaux cliquez ici pour télécharger le guide gratuitement ! 

La prise d’une bonne décision pourrait être une clé pour vivre votre meilleure vie d’entrepreneur, de performeur. Et être capable de prendre cette décision en temps opportun et avoir confiance en vos compétences pourraient vous faire économiser beaucoup de temps et de soucis.

Heureusement, tout le monde peut prendre des mesures pour devenir de meilleurs décideurs. 

Pour aborder le sujet , je vous propose d’abord de comprendre pourquoi nous avons peur de prendre des décisions à des degrés différents. Pour certains, cette crainte est passagère et inspirée et pour d’autres, elle sera emprunte d’anxiété voir même de blocage.
Puis je vous proposerai, si vous voulez devenir un meilleur décideur, d’intégrer ces 9 habitudes quotidiennes dans votre vie d’entrepreneur et pourquoi pas dans votre vie personnelle.

POURQUOI A-T-ON DU MAL À PRENDRE UNE DÉCISION ?

POURQUOI HÉSITEZ-VOUS AUTANT À PRENDRE UNE DÉCISION ?

Avez-vous du mal à prendre chaque petite décision, comme décider quoi porter au travail, ou se décider à faire un choix pour votre projet ? Les grandes décisions vous semblent impossibles et vous donnent une anxiété quasi-paralysante ? Vous craignez de prendre des décisions et vous les reportez le plus longtemps possible ? Avez-vous aussi peur de prendre la mauvaise décision ?

C’est une peur paralysante de prendre une mauvaise décision. 
En effet, la plupart d’entre nous hésite avant de prendre une décision dont l’enjeu est grand et finisse par le faire. Mais une personne emprunte de cette peur ressentira un blocage la poussant à préférer éviter complètement plutôt que décider.
De plus, elle le fera de façon très inconsciente et se dira « qu’elle est trop occupée » ou que « ses enfants ont besoin d’elle en priorité » ou « qu’elle verra plus tard ».
Bref, vous l’aurez compris, il y aura toujours une bonne raison pour ne pas faire !

DÉCISION

COMMENT SAVOIR SI VOUS ÊTES COMPLÉTEMENT BLOQUÉ ?

Voici quelques-uns des symptômes connus :

Procrastination : Votre peur de faire le mauvais choix vous pousse à repousser vos décisions le plus longtemps possible. Il vous est plus facile d’éviter de prendre une décision et de vivre dans l’incertitude que de décider et de regretter votre choix.

Besoins sous-évalués : Au lieu de prêter attention à vos besoins vous vous concentrez sur la collecte de nombreuses informations ou sollicitez l’opinion des autres pour vous aider à prendre votre décision.

Dépendance externe : Vous créez des situations où vous laissez les autres décider pour vous, au lieu de prendre des décisions pour vous-même.

Conséquences exagérées : Vous exagérez dans vos pensées les conséquences de petites décisions.

Panique et anxiété : Dans les cas extrême, vous ressentez une anxiété extrême lorsque vous devez prendre des décisions. 

mais alors pourquoi agissez-vous comme ça ?

Voici quelques-unes des causes potentielles :

Comportement appris : Les phobies sont souvent apprises . Il y a peut-être eu un moment de votre vie où il était utile ou nécessaire de laisser les autres prendre en charge la prise de décisions à votre place. En conséquence, vous avez peut-être appris à éviter de prendre des décisions.

Expérience passée : Vous avez peut-être pris des décisions dans le passé qui se sont mal passées et vous les avez généralisées en craignant que tous les événements soient similaires.

comment Faire face à la peur de prendre la mauvaise décision ?

Croyez que vous pouvez prendre de bonnes décisions

Retrouvez des preuves que vous pouvez prendre de bonnes décisions. 
Aussi, Faites une liste des décisions que vous avez djà prises et qui se sont bien passées. 
Vous pouvez également demander à vos amis ou à votre famille de vous aider avec la liste. 

Savoir que vous êtes capable de prendre de bonnes décisions peut vous aider à renforcer votre confiance et à réduire votre peur de faire le mauvais choix.

ExamineZ les décisions passées

Passez en revue vos mauvaises décisions du passé et voyez si elles étaient vraiment aussi mauvaises que vous le pensez. 

Vous avez peut-être pris de mauvaises décisions mais qui, finalement aujourd’hui, avec le recul n’était pas si horrible que ça !
Sinon cela pourrait être une décision prise par vous mais qui n’était pas votre erreur. 
Par exemple, vous avez pris un emploi qui avait l’air vraiment bien et n’importe qui l’aurait accepté mais c’est avéré être finalement décevant. Vous ne pouviez pas le savoir à l’avance !

alors COMMENT PRENDRE UNE MEILLEURE DÉCISION ?

1. PRENDRE CONSCIENCE DE SON EXCÈS DE CONFIANCE

Un excès de confiance peut facilement fausser votre jugement.
Les études montrent systématiquement que les gens ont tendance naturellement à surestimer leurs performances ainsi que l’exactitude de leurs connaissances.

Peut-être êtes-vous sûr à 90 % de savoir comment attirer les clients. Ou peut-être êtes-vous sûr à 80 % de maitriser une technique bien précise. Si vous êtes trop confiant à propos de ces choses, vos plans risquent de mal tourner.

DÉCISION

Il est particulièrement important de considérer votre niveau de confiance en termes de gestion du temps. La plupart des gens surestiment ce qu’ils peuvent accomplir en un certain laps de temps. Pensez-vous qu’il ne vous faudra vraiment qu’une heure pour terminer ce rapport? Êtes-vous sûr que rédiger un article de blog ne vous prendra que 1 heure? Est-il juste de penser que votre lancement de produit se fera en quelques jours seulement ? 
Avec une réelle introspection, vous pourriez trouver que vous êtes trop confiant dans vos prédictions !

Prenez le temps chaque jour d’estimer la probabilité que vous réussissiez. Puis à la fin de la journée, révisez vos estimations. Avez-vous été aussi précis que vous le pensiez ?
Dites le moi en commentaire.

Les bons décideurs reconnaissent les domaines où l’excès de confiance pourrait être un problème. Ensuite, ils adaptent leur façon de penser et leur comportement en conséquence.

2. IDENTIFIER LES RISQUES QUE L’ON PREND POUR PRENDRE UNE DÉCISION

L’habitude engendre le confort. Et il y a de fortes chances que vous preniez de mauvaises décisions simplement parce que vous vous êtes habitué à vos habitudes et que vous n’avez plus besoin de penser au danger que vous courez ou au mal que vous pourriez causer…

Des décisions que vous prenez par habitude mais qui au final ne vous font pas toujours prendre de bonnes décisions. Saviez-vous que le moment où l’on a le plus d’accidents de voiture est sur le trajet Maison-Travail ? Et oui, un trajet que l’on maitrise (du moins on en a l’impression et le réconfort) à la perfection. Mais en réalité le fait de prendre cette décision tout les jours vous met sensiblement en danger. Et bien il en est de même pour toutes les décisions prises par habitudes.

Identifiez les habitudes devenues courantes. Ce sont des choses qui nécessitent peu de réflexion de votre part car elles sont automatiques. Ensuite, prenez le temps d’évaluer lesquels d’entre eux pourraient être nocifs ou malsains, et créez un plan pour développer des habitudes quotidiennes plus saines.

DÉCISION

3. POSER SES PROBLÈMES D’UNE MANIÈRE DIFFÉRENTE POUR UNE MEILLEURE DÉCISION

La façon dont vous posez une question ou un problème joue un rôle majeur dans la manière dont vous y répondrez et dont vous percevrez vos chances de succès.

DÉCISION

Imaginez deux chirurgiens. Un chirurgien dit à ses patients : « 90% des personnes qui subissent cette intervention vivent. L’autre chirurgien dit: « 10% des personnes qui subissent cette procédure meurent. »

Les faits sont les mêmes. Mais la recherche montre que les personnes qui entendent « 10 % des gens meurent » perçoivent leur risque comme étant beaucoup plus élevé.

Ainsi, lorsque vous êtes confronté à une décision, posez le problème différemment. Prenez une minute pour réfléchir à la question de savoir si le léger changement de formulation affecte la façon dont vous percevez le problème.

4. ARRÊTER DE NE PENSER QU’AU PROBLÈME POUR PRENDRE UNE MEILLEURE DÉCISION

Lorsque vous êtes confronté à un choix difficile, comme choisir quel produit sortir ou préparer votre stratégie. Alors vous passez beaucoup de temps à réfléchir aux avantages et aux inconvénients ou aux risques et avantages potentiels.

Et bien qu’il soit très utile de réfléchir à vos options, trop réfléchir à vos choix peut en fait être un problème. 

Peser le pour et le contre trop longtemps peut augmenter votre niveau de stress au point que vous ayez du mal à prendre une décision.

En fait , il est préférable de laisser une idée « incuber ». La pensée inconsciente est étonnamment astucieuse. Alors, pensez à dormir sur un problème ou impliquez-vous dans une activité qui vous fait oublier un problème. 
Laissez votre cerveau travailler à travers les choses en arrière-plan et vous développerez probablement des réponses claires.

DÉCISION

5. PRENDRE LE TEMPS DE RÉFLÉCHIR À SES ERREURS POURE PRENDRE UNE MEILLEURE DÉCISION

Que vous ayez explosé votre budget publicité, fait de mauvais choix pour votre entreprise ou n’importe quelle erreur, réservez du temps pour y réfléchir !

Prenez l’habitude quotidienne de revoir les choix que vous avez faits tout au long de la journée. Lorsque vos décisions ne tournent pas bien, demandez-vous ce qui n’a pas fonctionné. Et cherchez les leçons qui peuvent être tirées de chaque erreur que vous faites.

En conclusion, gardez votre temps de réflexion limité – peut-être que 10 minutes par jour suffisent pour vous aider à réfléchir à ce que vous pouvez faire mieux demain. Ensuite, prenez les informations que vous avez acquises et engagez-vous à prendre de meilleures décisions pour aller de l’avant.

Assurez-vous simplement de ne pas vous attarder trop longtemps sur vos erreurs. En effet, ressasser vos faux pas encore et encore n’est pas bon pour votre santé mentale .

6. prendre conscience de ses raccourcis mentaux

Mais quel est donc cette chose me direz-vous? Et bien, pour l’instant culture 😃, cela se nomme l’euristique. On l’appelle aussi la technique…ou l’art d’inventer pour prendre des décisions!


Ce raisonnement heuristique nous pousse TOUS à raisonner et prendre des décisions sur la base de faits incomplets que l’on complétera soit même. Et cela indépendamment de la vérité absolue.

Ainsi donc, nous sommes tous biaisé à certains égards et il est impossible d’être complètement objectif.

En fait, votre esprit a créé des raccourcis mentaux qui vous aident à prendre des décisions plus rapidement. Et ces raccourcis mentaux peuvent vous tromper.

L’ heuristique de la disponibilité , par exemple, consiste à fonder ses décisions sur des exemples et des informations qui viennent immédiatement à l’esprit. Donc, si vous regardez fréquemment des reportages sur les incendies de maison, vous surestimerez probablement le risque de subir un incendie de maison.

Ou si vous avez récemment consommé beaucoup d’informations sur les accidents d’avion, vous pensez peut-être que vos chances de mourir dans un accident d’avion sont plus élevées que dans un accident de voiture (même si les statistiques montrent le contraire).

Du coup, prenez l’habitude quotidienne de considérer les raccourcis mentaux qui peuvent vous mènert à de mauvaises décisions . Reconnaissez les hypothèses incorrectes que vous pouvez faire sur des personnes ou des événements et vous pourrez peut-être devenir un peu plus objectif.

Pour réussir à les repérer commencez par toutes les négations que vous vous imposez !

7. POUR UNE MEILLEURE DÉCISION, ÉTUDIER ET CONSIDERER LE CONTRAIRE

Une fois que vous avez décidé que quelque chose est vrai, vous êtes susceptible de vous accrocher à cette croyance. C’est un principe psychologique connu sous le nom de persévérance de croyance. Il faut plus de preuves convaincantes pour changer une croyance que pour la créer, et il y a de fortes chances que vous ayez développé des croyances qui ne vous servent pas bien.

Par exemple, vous pourriez supposer que vous êtes un mauvais orateur, donc vous évitez de parler dans les réunions. Ou vous pourriez croire que vous êtes mauvais dans les relations, alors vous arrêtez d’avoir des rendez-vous.

Vous avez également développé des croyances sur certains groupes de personnes. Peut-être pensez-vous que « les gens qui s’entraînent beaucoup sont des narcissiques  » ou que « les riches sont mauvais ».

Ces croyances que vous supposez toujours vraies ou exactes à 100% peuvent vous égarer. La meilleure façon de remettre en question vos croyances est de soutenir le contraire.

Si vous êtes convaincu que vous ne devriez pas prendre la parole lors d’une réunion, discutez de toutes les raisons pour lesquelles vous devriez le faire. Ou si vous êtes convaincu que les riches sont mauvais, énumérez les raisons pour lesquelles les riches peuvent être gentils ou serviables.  

Considérer le contraire vous aidera à briser les croyances inutiles afin que vous puissiez voir les situations sous un autre jour et décider d’agir différemment.


DÉCOUVREZ LES
52 FICHES MENTALES INÉDITES DU PACK CONFIANCE EN SOI
POUR SURMONTER ENFIN VOTRE PEUR


8. entendre ses émotions POUR PRENDRE UNE MEILLEURE DÉCISION

Les gens sont souvent plus enclins à dire des choses comme « j’ai des papillons dans l’estomac » ou « j’avais une boule dans la gorge » plutôt que d’utiliser des mots affectifs, comme triste ou nerveux, pour décrire leur état émotionnel.

Beaucoup d’adultes ne sont tout simplement pas à l’aise de parler de leurs sentiments. Mais étiqueter vos émotions peut être la clé pour prendre de meilleures décisions.

Vos sentiments jouent un rôle énorme dans les choix que vous faites. En effet, l’anxiété, par exemple, incite les gens à jouer la sécurité. Et nous savons tous à quel point l’anxiété peut se transmettre d’une personne à une autre mais aussi d’un sujet à un autre…

Donc, si vous êtes très nerveux au sujet d’une chose par exemple de votre vie privée, il y a de très grandes chances que votre projet professionnel en pâtisse !
En effet, vous serez beaucoup plus précautionneux et cela même si les sujets n’ont rien à voir ensemble.

D’un autre coté, l’excitation peut, en revanche, vous faire surestimer vos chances de succès…
Même s’il n’y avait qu’une faible probabilité que vous réussissiez, vous pourriez être prêt à prendre un gros risque !

En conclusion, prenez l’habitude quotidienne d’entendre vos sentiments. Et notez si vous vous sentez triste, en colère, gêné, anxieux, surexcité ou déçu. Ensuite, prenez une minute pour réfléchir à la manière dont ces émotions peuvent influencer vos décisions.

9. Se parler COMME UN ami de confiance LE FERAI

Lorsque vous êtes confronté à un choix difficile, demandez-vous : « Que dirais-je à un ami qui a ce problème ? » Vous trouverez probablement que la réponse vous vient plus facilement lorsque vous vous imaginez offrir la sagesse à quelqu’un d’autre.

Se parler comme si vous parliez à un ami de confiance élimine une partie de l’émotion de l’équation. 
Cela vous aidera à prendre de la distance par rapport à la décision et vous donnera l’occasion d’être un peu plus objectif.

Cela vous aidera également à être un peu plus gentil avec vous-même. Bien  que vous soyez susceptible de vous dire des choses négatives comme : « Cela ne fonctionnera jamais. Vous ne pouvez rien faire de bien », il y a de fortes chances que vous ne disiez pas cela à votre ami. 
Peut-être que vous diriez quelque chose de plus comme : « Vous avez ceci. Je sais que tu peux le faire », si vous parliez à un ami.

Développer un dialogue intérieur plus doux demande de la pratique. Mais lorsque vous faites de l’auto-compassion une habitude quotidienne, vos capacités de prise de décision s’améliorent.

Cet article peut vous intéresser

Comment prévenir la fatigue décisionnelle ?
POUR PRENDRE UNE MEILLEURE DÉCISION

La vie est pleine de décisions, ce qui est à la fois un privilège et une source de stress !
La fatigue décisionnelle – l’épuisement que vous ressentez d’avoir trop de décisions à prendre en une journée – peut s’accumuler de manière subtile et créer un stress qui peut vous submerger.

La fatigue décisionnelle est différente de la fatigue physique ordinaire – vous n’êtes pas consciemment conscient d’être fatigué – mais vous manquez d’énergie mentale.

En minimisant le nombre de décisions non essentielles que vous devez prendre chaque jour, vous pouvez réduire le niveau de fatigue décisionnelle auquel vous êtes confronté et réduire votre niveau de stress global en même temps. Voici quelques-unes des stratégies les plus efficaces pour réduire le stress causé par la fatigue décisionnelle.


Intégrez des habitudes à votre emploi du temps

Vous faites déjà plusieurs choses chaque jour sans réfléchir, comme sortir du lit, prendre une douche et prendre le petit déjeuner. Vous ne pensez probablement pas trop à la façon de faire ces choses.

Si vous pouvez rattacher d’autres décisions à votre routine déjà établie, et en faire une habitude, vous n’aurez pas non plus à y penser. Il existe plusieurs façons d’intégrer des habitudes automatiques dans votre journée. Quelques idées:

+ Planifiez vos nuits ! Gardez un bon nombre d’heures de sommeil pour être fort mentalement la journée
+ Créez un programme d’exercices ou une routine alimentaire pour maintenir votre énergie
+ Choisissez un jour de la semaine où vous ne ferez que réfléchir et créer dans votre activité

Vous pouvez appliquer cette même logique à une multitude d’autres choix que vous avez peut-être déjà automatisés ou non. Tout ce que vous pouvez intégrer à votre emploi du temps devient une chose de moins que vous devrez décider plus tard.


Résistez au perfectionnisme

S’il est nécessaire de prendre une décision en temps réel, acceptez que parfois vous ne puissiez prendre qu’une décision « assez bonne ». Luttez contre le perfectionnisme de vouloir prendre une décision absolument parfaite.

En fonction de votre capacité actuelle et des informations dont vous disposez , prenez une décision… et ce n’est pas grave si ce n’est pas la meilleure de tout les temps !

Acceptez qu’il puisse y avoir des conséquences en aval que vous n’aviez pas anticipées. Gardez à l’esprit que même si cela se passe mal, les apprentissages auront un impact positif sur votre croissance pour toujours.


Prenez moins de décisions

Un moyen important de réduire la fatigue décisionnelle consiste simplement à commencer à prendre moins de décisions chaque jour. Comment faites-vous cela? 

La clé est de ne garder que les décisions qui vous apportent de la joie ou qui sont vraiment importantes, puis d’éliminer les autres choix qui ne vous importent pas vraiment.

Certaines choses que vous pouvez faire pour réduire la charge de décision :
+ Suivez le même horaire chaque jour
+ Mettre en place des tâches automatisées
+ Réveillez-vous à la même heure chaque matin et couchez-vous à la même heure chaque soir.

Saviez-vous que certaines PDG portent à peu près la même tenue tous les jours !
Steve Jobs (Apple), Mark Zuckerberg (Facebook), Albert Einstein (célèbre physicien), Barack Obama, Bill Gates en font de même. Leur objectif est économiser leur énergie mentale afin de l’utiliser pour la prise de décisions plus importants.

Bon OK, ce sont des cas extrêmes 😅. Mais vous comprenez le concept, n’est-ce pas ?
Alors, essayez de trouver vos propres moyens d’éliminer les petites décisions du quotidien qui bouffent votre énergie mentale.


Limitez vos options

Être confronté à trop d’options peut augmenter votre niveau de stress. Alors, une façon de minimiser cette source de stress consiste simplement à limiter vos options.

Lorsque vous êtes confronté à un éventail illimité de choix, commencez d’abord par réduire vos options afin de n’en avoir que quelques-unes parmi lesquelles choisir. Et commencez par définir des critères spécifiques pour cibler vos options. 

Fixer des limites à vos options signifie que vous ne serez pas submergé par la recherche et la comparaison de tous les choix possibles disponibles.


Tournez-vous vers des modèles et des experts

 S’il y a un aspect de votre vie qui ronge votre énergie décisionnelle, pensez à vous tourner vers des modèles et des experts. Cela peut être un excellent moyen de vous simplifier la vie.

Il y a des gens qui réussissent à faire ce que vous aimeriez faire. Alors, les regarder et apprendre d’eux peut être une grande source de connaissances et d’inspiration. 
Suivez leur modèle de réussite si vous pensez que cela fonctionnera pour vous.

Beaucoup de gens sont plus qu’heureux de partager ce qui fonctionne pour eux et se sentent même honorés lorsque vous le demandez.

RDV FANTA BAROU

Donc, si vous commencez quelque chose de nouveau ou si vous vous demandez s’il existe une meilleure façon de faire quelque chose, suivez ce fil :

+ Découvrez les meilleurs conseils des gens
+ Mettez en œuvre ceux qui semblent fonctionner
+ Ajustez, si nécessaire, à votre vie et à votre situation.

Vous pouvez répéter ce processus dans de nombreux domaines différents de votre vie. Cela fonctionne avec les études, les stratégies de travail, les plans de remise en forme et même la gestion du stress.


Soyez à l’aise DE PRONONCER LE MOT « Non »

Je sais que parfois prendre une décision est difficile car il faut tenir compte des désirs et des besoins de tout le monde. En fait, dans ces situations, il est même parfois difficile de dire « non » car on ne veut froisser personne.

Ce poids, dans notre société d’aujourd’hui, est souvent beaucoup plus lourd pour femmes qui portent de manière disproportionnée le fardeau de la « charge mentale » de la famille. En effet, cela peut se traduire par décider quoi faire pour le dîner chaque soir pour toute la famille. Ou bien devoir se rappeler quand les vaccinations des enfants sont dues, suivre des dates d’échéance de paiement pour toutes les factures du ménage. Et pire, si la femme est entrepreneuse car toutes ces charges mentales se cumulent…

Cela signifie que l’on doit se rappeler ce qui doit être fait, ce qui a été fait, ce qui doit être programmé, qui doit être où à quelle heure, etc. Tout cela peut jouer un rôle dans la fatigue de la décision.

Si vous n’êtes pas disposé à refuser les demandes des autres, vos plans risquent de subir des changements de dernière minute. Et vous risquez aussi un emploi du temps trop chargé, vous obligeant à prendre encore plus de décisions pour jongler avec tout cela.

Vous pouvez rendre cela plus facile en vous familiarisant avec le fait de dire « non« . 
Bref, c’est plus facile à dire qu’à faire, certes. Mais une fois que vous avez une idée claire dans votre tête de ce que vous pouvez ou pas gérer, la décision de dire non devient plus facile. 
Et tout le reste peut également se mettre en place plus facilement.


Tenez-vous en à vos décisions

L’un des aspects les plus fatigants de la prise de décision est le sentiment qu’une décision que vous avez prise n’est peut-être pas la bonne.

Alors, vous êtes tenté de revoir et changer cette décision dans le doute. 
Cependant, une remise en question de soi peut vraiment avoir un impact beaucoup plus important que vous ne le pensez. Donc, plutôt que de vous en vouloir d’avoir pris une mauvaise décision, décidez simplement que le choix est fait et passez à autre chose.

En conclusion, il y a du pour et du contre dans chaque décision. 
Une fois votre choix fait, concentrez-vous principalement sur les avantages , et ne pensez même pas aux inconvénients. 

Il y a des inconvénients à chaque situation, et si les points négatifs de votre choix étaient vraiment si mauvais, vous auriez probablement pris une décision différente en premier lieu. 

Gardez à l’esprit que la décision prise était la bonne décision à ce moment-là compte tenu de ces circonstances.

La vie est pleine de choix. 
Certains sont faciles, comme ce qu’il faut manger pour le dîner, et d’autres, plus sérieux, comme, par exemple, monter on projet. 

Quelle que soit l’importance d’une décision, de bonnes compétences en matière de décision sont utiles dans la vie. Et cela surtout si vous vous sentez indécis à propos de quelque chose et que cela vous déprime. 
Obtenez des conseils sur la façon de prendre de bonnes décisions et découvrez ce qu’il faut faire lorsque vous ne parvenez pas à élaborer un plan.

Et vous, comment faites vous pour prendre la meilleure décision ?

Dites le moi en commentaire.

On reste connectés 🧠

Fanta Barou

Comment prendre la meilleure décision ?
Adoptez ces 9 petites habitudes pour y arriver

Table des matières de l’article

  1. Pourquoi a-t-on du mal à prendre des décisions
    1. Pourquoi hésitez-vous autant à prendre des décisions ?
    2. Comment savoir si vous êtes complétement bloqué ?
    3. Mais alors pourquoi agissez-vous comme ça ?
    4. comment Faire face à la peur de prendre la mauvaise décision ?
  2. Alors comment prendre de meilleures décisions ?
    Retrouvez les 9 habitudes à mettre en place
    + Prendre conscience de son excès de confiance
    + Identifier les risques que l’on prend
    + Poser ses problèmes d’une manière différente
    + Arrêter de ne penser qu’au problème
    + Prendre le temps de réfléchir à ses erreurs
    + Prendre conscience de ses raccourcis mentaux
    + Étudier et considérer le contraire
    + Entendre ses émotions
    + Se parler comme un ami de confiance le ferait
  3. Comment prévenir la fatigue décisionnelle ?
    Retrouver 6 conseils pour éviter la fatigue décisionnelle 
    + Intégrez des habitudes à votre emploi du temps
    + Résistez au perfectionnisme
    + Prenez moins de décisions
    + Limitez vos options
    + Tournez-vous vers des modèles et des experts
    + Soyez à l’aise de prononcer le mot « non » 
    + Tenez-vous en à vos décisions

MENTAL POUR REUSSIR

Comment prendre la meilleure décision ? Adoptez ces 9 petites habitudes pour y arriver

A PROPOS DE FANTA BAROU

Je suis Fanta Barou, Coach et préparateur mental, ancienne athlète de 400m

J’ai accompagné mes clients dans l’amélioration de leur visibilité sur Instagram pendant 3 ans. Il m’est alors apparu que mes clients avaient plus besoin d’aide pour se forger un mental d’acier et une aide pour réellement développer une confiance en soi en béton.

Un manque de confiance en vous vous éloignera de vos projets et bien plus que vous ne le pensez.

C’est donc tout naturellement que j’ai décidé de me former davantage sur le mental car cela m’a toujours passionné , je suis donc devenue Préparateur Mental en plus pour mieux vous aider à développer votre activité.

J’ai a cœur d’aider mes clients a développer leur potentiel au maximum pour leur permettre d’atteindre leur objectifs.


Partagez à une personne ayant besoin de lire ce contenu 😉

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *